Gouverner, c'est prévoir

Emile DE GIRARDIN

Les entreprises franciliennes invitées à se méfier des espions
Date : 2012-09-26 Auteur :

Les entreprises recevant des aides publiques devront se protéger de l'espionnage industriel. L'Etat mobilise avocats, experts-comptables et DRH pour les y aider.

Sur le même sujet
Paris concentre 20 % des ingérences économiques constatées au niveau national, selon la Direction centrale du renseignement intérieur. - Jerome CHATIN/ EXPANSION-RéA
Paris concentre 20 % des ingérences économiques constatées au niveau national, selon la Direction centrale du renseignement intérieur. - Jerome CHATIN/ EXPANSION-RéA

Les entreprises de la région parisienne vont apprendre à se protéger de la concurrence. Celles qui bénéficient de fonds publics pour financer leur recherche ou leur développement, autrement dit la grande majorité d'entre elles, devront désormais s'engager à prendre un minimum de mesures contre l'espionnage industriel.

Les conventions de financement qu'elles signeront avec l'Etat comprendront des « clauses de sécurité économique » comparables dans leur fonctionnement à ce qui se fait en matière de démarche qualité. Mais, au lieu d'être contrôlées par un organisme de certification, ce seront les services de l'Etat chargés de la contre-ingérence qui géreront les dossiers.

Concrètement, la liste des établissements bénéficiant d'un accompagnement financier de l'Etat ou de ses bras armés sera systématiquement transmise à ces services. Ils devront établir un contact avec les dirigeants pour se faire connaître et, quand ce sera utile, en assurer le suivi. Ils auront aussi un rôle de conseil complémentaire de celui du réseau de professionnels que monte l'Etat avec les avocats, les experts-comptables, les juristes d'entreprise et les responsables des ressources humaines pour sensibiliser l'ensemble des salariés. Dévoilées hier à la préfecture de région devant des organismes patronaux, les services de l'Etat, les pôles de compétitivité, quelques entreprises et des professionnels de l'intelligence économique, ces mesures s'intègrent à la stratégie intelligence économique 2012-2015. Elle sera présentée cette semaine au conseil régional.

Entreprises « trop bavardes »

L'enjeu est loin d'être négligeable. Avec près du quart des entreprises implantées en France et environ 30 % du PIB, la région parisienne concentre déjà près de 40 % des dépenses intérieures de recherche et développement. La montée en puissance de ses sept pôles de compétitivité et les développements à venir dans le cadre du volet économique du projet Grand Paris en accroissent l'attractivité, y compris pour les espions. Un sous-traitant de l'aéronautique a ainsi été victime de vols d'ordinateurs portables et de clefs USB, mais, le plus souvent, ce sont les entreprises elles-mêmes qui ne se méfient pas assez et sont « trop bavardes » quand elles accueillent des visiteurs, des stagiaires ou communiquent lors de colloques.

Selon la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), Paris concentre 20 % des ingérences économiques constatées au niveau national. L'année dernière, elle en a dénombré 5.000 en Ile-de-France, essentiellement dans les Hauts-de-Seine avec presque le tiers des faits constatés et à Paris, qui dépasse légèrement 20 %.

D. MA.

 




Essentia Performance

Subscribe

© Copyright 2018 Essentia Performance - All rights reserved.